Se former plus rapidement est un objectif pour beaucoup d’autodidactes ou même d’étudiants.
Les méthodes sur internet sont légion et il est difficile de s’y retrouver.

Certains nous disent de travailler toujours plus sans jamais s’arrêter, d’autres qu’il nous faut relâcher la pression et seulement travailler plus intelligemment.

Personnellement, je suis partisan des deux méthodes.
Je me dis que travailler beaucoup et intelligemment et la meilleure solution pour dépasser mes concurrents en tant qu’entrepreneur et augmenter ma productivité.

La meilleure méthode que j’ai trouvée pour être plus efficace dans mes phases d’apprentissage s’appelle la lecture rapide.

Cette méthode est incontestablement celle qui m’a fait gagner le plus de temps jusqu’à aujourd’hui.

Imaginez que vous puissiez finir tous les livres que vous n’avez jamais terminés.
Que vous puissiez restituer 80 % des informations qu’ils contenaient.
Par-dessus tout, imaginez que cela ne vous prenne que quelques heures.

Ça semble incroyable non ?
Pourtant, c’est ce que vous promet la lecture rapide.

Qu’est-ce que la lecture rapide ?

La lecture rapide est une méthode de productivité qui consiste en tout un panel de méthode pour accélérer notre vitesse de lecture.

Lorsque qu’un lecteur moyen lira environ 200 à 300 mots par minutes, un lecteur rapide commençant à peine à s’entraîner arrivera aisément à 400 à 500 mots par minute.

De plus, le taux de rétention d’un lecteur lambda sera compris entre 40 % et 60 %, quand un lecteur rapide sera au-dessus des 80 %.
C’est ce qui différencie la lecture rapide du simple survol.

Cette information donne souvent du grain à moudre aux sceptiques, mais il suffit de se renseigner un peu pour comprendre que cela est vrai et prouvé factuellement.

Il existe de nombreux moyen d’augmenter sa vitesse de lecture, mais pour lire vraiment plus rapidement, le lecteur rapide combinera plusieurs d’entre elle.

Avant de parler de ces fameuses techniques, il faut comprendre sur quoi elles se basent.
La plupart d’entre elles, prenne en compte trois facteurs essentiels.

  1. Le déplacement saccadé de l’œil
  2. L’utilisation du champ de vision
  3. La reconnaissance des mots comme un tout et non comme un ensemble de lettre.

Connaître ces trois éléments a pu déjà donner lieu au 4 techniques de lecture qui permettent de doubler notre vitesse de lecture avec de l’entraînement.

Le déplacement saccadé de l’œil nous fait comprendre que notre fovéa ou focus sautera de mots en mots en s’arrêtant quelques dixièmes de secondes sur chacun d’entre eux.
Si nous prenons en compte l’utilisation du champ de vision dans la lecture, nous pouvons commencer à ne faire que trois arrêts par ligne, puis deux, puis un seul.

La vision périphérique verra les mots et transmettra leurs sens à votre cerveau sans que vous ayez besoin de les lires consciemment.
Si vous ne me croyez pas, rappelez-vous quand vous regarder une série sous-titrée.
Très souvent, au bout de quelques minutes, nous lisons la traduction, voyons la scène, et ce, à moins d’une seconde d’intervalle voir en simultané, car c’est notre vision périphérique qui nous transmet le sens des sous-titres.

Si vous souhaitez apprendre la lecture rapide, je vous conseille vivement cet article : « Lecture rapide : lire 10 fois plus vite en 9 étapes simples »

Rappel historique

La lecture rapide est une méthode plus vielle qu’elle en a l’air.

Elle fut conceptualisée dans sa forme la plus archaïque pour la première fois par Jean Piaget en 1923. Bien que d’autres techniques furent découvertes avant, nous ne pouvions pas encore parler de méthode de lecture rapide.

En France, c’est le docteur François Richaudeau qui popularisa cette pratique en 1968.
Son livre « La méthode Richaudeau » reste encore une référence mondiale dans le domaine.

Pourquoi lire plus vite est indispensable ?

Lire vite de nos jours est indispensable pour se former suffisamment rapidement.
Qu’on le veuille ou non, les livres restent le meilleur moyen d’acquérir beaucoup de connaissances sur divers sujets.

Pouvoir lire un livre en moins de 2 heures, ce que permet de lire la lecture rapide, est un moyen d’apprendre à une vitesse faramineuse.

Aujourd’hui, à l’ère de l’information, c’est la connaissance qui vaut le plus que nous soyons indépendants ou salariés. Plus nous en savons sur un sujet, plus notre expertise et grande et plus nous avons de valeur pour le système. C’est ainsi.

De plus en plus, les tâches « aliénante » et répétitives sont déléguées à des intelligences artificielles à une vitesse exponentielle.
Que ce soit bien ou mal n’est pas la question, la seule chose que cela nous permet d’affirmer est que les métiers qui ne demandent que très peu de connaissances sont de moins en moins valorisés.

Voilà pourquoi il est indispensable de pouvoir se former rapidement.
Bien sûr, la lecture n’est pas le seul moyen de formation rapide et efficace.
Les formations en ligne et les cours physiques restent les meilleurs moyens de gagner en compétence.

Cela dit, la lecture rapide permet tout de même de faire le tour d’un sujet très rapidement, et ce, en très peu de temps.
Pour ma part, je pense même qu’elle devrait être enseignée à l’école, mais cela n’engage que moi.

Comment apprendre la lecture rapide ?

Pour apprendre la lecture rapide, trois moyens s’offrent à vous.

  1. La méthode Richaudeau
  2. « Lecture rapide » de Tony Buzan
  3. Apprendre sur internet

Je les ai classés par ordre d’efficacité.
Personnellement, j’ai commencé la lecture rapide avec le livre de Tony Buzan, malheureusement, selon les experts du sujet (dont je fais désormais partie) ce livre survole bien trop le sujet pour nous permettre d’atteindre une vitesse de lecture acceptable.
Avec lui, au mieux nous pouvons espérer atteindre 600 mots par minutes avec de l’entraînement.

Quant à la méthode Richaudeau, elle est beaucoup plus rigoureuse et exigeante.
Pour la maîtriser il vous faudra un entraînement régulier de 15 à 30 minutes par jour pour vraiment progresser.
Cela dit, une fois votre « formation terminée » vous atteindrez aisément 800 mots par minutes, peut-être même 1000.
Vous toucherez ainsi du doigt la compétence de lire un tome de Harry Potter plus vite que de le voir en film.

Pour la troisième méthode, elle est plus difficile à mettre en place, cela dit avec le lien que je vous ai partagé plus haut, vous aurez accès à l’article le plus complet du web sur le sujet (je vous mets au défi de me contredire, preuve à l’appui).
Cependant, apprendre la lecture rapide avec un simple article reste très difficile, je vous recommande d’aller lire cet article et d’ensuite passer à la Méthode Richaudeau ou Buzan afin d’aller plus loin.

Conclusion

La lecture rapide n’a rien d’indispensable.
C’est la compétence de se former rapidement qui l’est et la lecture rapide n’est qu’un outil qui pourra vous y aider.

Il existe évidemment bien d’autres méthodes qui vous permettront de vous former plus rapidement, que ça soit les méthodes de mémorisation comme le palais mental, la capacité de prendre des notes efficacement ou de créer des mind map.

Pourtant, parmi toutes ces méthodes très intéressantes, la lecture rapide est selon moi, la connaissance transversale la plus intéressante car, une fois maîtriser, elle vous permettra d’apprendre toute celle que je viens de citer, bien plus rapidement.

C’est pourquoi, je pense qu’apprendre à lire plus vite est très intéressant.

Pour apprendre à vous former alors que vous êtes en poste, cliquez-ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *