L’infirmier est un métier de santé visant à assister des individus à accomplir pleinement leur potentiel physique et mental après une opération. Le vieillissement de la population et le développement du maintien à domicile, causent le manque cruel d’infirmiers et infirmières dans les établissements de santé. Néanmoins, le grand niveau d’exigence du métier oblige les apprenants à passer un concours difficile et une formation pour devenir infirmier.

En quoi consiste une formation d’infirmier ? Comment se passe le concours d’infirmier ? Comment mettre en place une bonne stratégie de préparation ? Toutes les réponses dans cet article.

En plus de ne jamais connaître le chômage, ce métier enrichit aussi le sens de contact humain et répond à un besoin profond de se sentir utile vis-à-vis des autres. On apprend à parler et écouter, savoir s’adapter en cas de difficultés et sous différents niveaux de pression, ces atouts ouvrent aux infirmiers beaucoup d’opportunités de reconversion professionnelle plus tard.

Condition d’accès à une formation en soins infirmiers

Pour devenir infirmière ou infirmier, on doit être diplômé d’un IFSI (Institut de formation aux soins infirmiers). Ce diplôme d’État permet d’exercer cette activité professionnelle à l’issue de 3 ans de formation .

Comme d’autres métiers dans le domaine de la santé, il est nécessaire de passer un concours pour s’intégrer dans un IFSI. Ce concours comprend plusieurs épreuves écrites et une épreuve orale.

Pour être éligibles à ce concours, les candidats doivent présenter soit le baccalauréat ou une équivalence, soit le diplôme d’État d’aide médico-psychologique certifiant une expérience professionnelle de 3 ans.

Pour avoir plus de chance de s’intégrer dans un IFSI, les bacheliers peuvent poursuivre la préparation aux concours d’infirmier. Cette prépa permet aux apprenants de se remettre à niveau dans les mathématiques, le français ou l’expression écrite. Des questions sur le droit de la santé, l’éthique médicale sont également abordées pour préparer aux candidats une bonne base de connaissances destinée aux épreuves d’évaluations du IFSI.

Le concours d’infirmier 2021 contient

  • 3 épreuves de sélection,
  • 2 épreuves d’admissibilité comprennent 3 questions à propos d’un texte lié au secteur sanitaire et social ainsi qu’un test d’aptitude (une moyenne des deux notes, égales ou supérieures à 20/40 est nécessaire à l’éligibilité d’un candidat à l’épreuve orale),
  • 1 épreuve orale d’admission sous forme d’un exposé sur le thème du sanitaire et social et d’un échange avec le jury.

La réussite à ce concours permet de s’intégrer dans un Institut de formation aux soins infirmiers du pays et commencer ses 3 années de formation terrain.

En quoi consiste une formation pour devenir infirmière ou infirmier ?

La formation de 3 ans vise à équiper aux étudiants un package de 10 compétences requises pour la mise en place des activités professionnelles du métier d’infirmière. Elles apportent notamment des compétences liées au cœur de métier :

  • établissement d’un diagnostic
  • conduite d’un projet de soins infirmiers
  • accompagnement d’un patient dans des soins quotidiens
  • mise en œuvre des actions thérapeutiques
  • mise en œuvre des soins éducatifs et préventifs

Les 5 autres compétences sont des compétences communes à plusieurs professions médicales :

  • conduite d’une relation dans un contexte de soins
  • analyse de la qualité des soins
  • traitement des données professionnelles et scientifiques
  • organisation des interventions soignantes ou formation des personnes en formation

Les étudiants ont l’opportunité d’étudier des Unités d’Enseignement (UE) différentes : psychologie

  • anthropologie
  • santé publique
  • sciences biologiques et médicales

Il est fréquent que les Institut de formation aux soins infirmiers soient en partenariat avec des Centres Hospitaliers Universitaires aussi appelés CHU. Ils permettent à leurs étudiants d’appliquer leurs connaissances sur le terrain grâce à des cas concrets. Les 4200 heures de formation divisées en six semestres de vingt semaines chacun contiennent donc 50% de formation théorique et 50% de formation clinique.

La formation clinique s’effectue dans des établissements de santé au travers de stages. Il s’agit de 6 stages de formation dont la durée cumulée correspond à 2100 heures. Ceux-ci viennent s’alterner entre les différentes périodes d’enseignement en Institut de formation aux soins infirmiers :

  • 1 stage de 5 semaines au premier semestre,
  • 4 stages de 10 semaines aux semestres 2, 3, 4 et 5
  • 1 stage de 15 semaines au sixième semestre

L’évaluation et la validation du diplôme sont soumises au cadre du système de crédits européens ECTS. Chaque unité d’enseignement équivaut à un certain nombre de crédits. Un semestre correspond à 30 crédits. Les notes des UEs et la validation des stages permettent d’évaluer l’acquisition des compétences tout au long de leur formation. Il faut acquérir au total les 10 compétences pour obtenir le diplôme d’infirmier.

À la fin de leurs études d’infirmier, les étudiants doivent également présenter leur travail de fin d’études et leur travail de recherche pour obtenir la validation finale de leur jury.

Quels débouchés après une formation d’infirmière ?

À l’issue de cette formation, les infirmiers diplômés d’État acquièrent des compétences nécessaires aux nombreuses activités liées au médicale : réanimation, réadaptation, pédiatrie, etc. Leurs cadres d’activités et lieux d’exercice sont multiples : infirmière scolaire, infirmière militaire, médecine du travail, etc.

Ils peuvent exercer leur métier dans le secteur privé ou public. Même si on voit souvent des infirmiers dans la fonction publique hospitalière, ils sont aussi présents dans les cabinets médicaux en tant qu’infirmiers libéraux. Au bout de trois ans d’expérience en milieu hospitalier, un infirmier peut également devenir entrepreneur et monter son propre cabinet.

L’évolution du domaine médical et la naissance des nouveaux services de soins donnent aux infirmiers la chance d’effectuer une reconversion professionnelle dans d’autres secteurs. Il est fréquent de voir des reconversions pour devenir infirmiers scolaire, auxiliaires de puériculture, kinésithérapeutes ou même participer à des soins dans des spas.

Quelles sont les obligations de formations DPC du métier d’infirmier ?

Les infirmiers salariés ou exerçants en libéral, ont l’obligation de se former en continu tout au long de leur carrière. Il s’agit de la formation obligatoire triennale du DPC (pour Développement Professionnel Continu) du métier d’infirmier.

Ce programme annuel mis en oeuvre par des « organismes de DPC » permet notamment aux professionnels de santé :

  • d’évaluer leurs pratiques professionnelles, leur acquisition de connaissances et de compétences
  • mettre à jour des connaissances et des compétences médicales
  • prendre en compte les priorités de santé publique et les dépenses liées à la santé

Ce programme doit être soumis aux méthodes et modalités dispensées par l’organisme français de la Haute Autorité de Santé (HAS). Suite à ce programme, une attestation de participation à un programme de DPC est accordée. Cette preuve de formation permet de se mettre en règle vis-à-vis de l’obligation triennale de formation pour les professionnels de santé.

C’est l’organisme national gestionnaire qui accorde les financements de DPC pour les infirmiers libéraux. Il s’adresse aux métiers conventionnés par l’assurance maladie et pour les individus exerçants dans un centre de santé conventionné. On y retrouve notamment les laboratoires, les pharmacies ou encore l’hôpital public et privé.

Pour répondre à l’obligation triennale de DPC, il faut s’inscrire et participer à au moins une formation tous les trois ans.

About Author

William

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *