L’avenir de l’agriculture : intégrer l’innovation pour un impact mondial

L’avenir de l’agriculture est l’un des sujets les plus discutés actuellement, non seulement en France, où ce secteur est fondamental, mais aussi au niveau mondial.
Tous les pays, notamment les plus industrialisés, sont en effet appelés à relever des défis considérables : d’une part, celui d’une population mondiale qui croît et continuera à croître jusqu’en 2080, puis stagnera au moins jusqu’en 2100, et d’autre part, celui de la réduction de l’impact environnemental du secteur agricole, qui n’est certainement pas indifférent puisqu’il représente un élément de pression sur les trois principales matrices environnementales, à savoir les ressources en eau, l’atmosphère et le sol.
En effet, il est incontestable que les activités agricoles sont une source de pollution de l’eau, contribuent à l’émission de polluants dans l’atmosphère et provoquent une dégradation progressive des sols.
Les deux défis semblent apparemment inconciliables puisqu’il faut à la fois produire plus pour répondre aux besoins alimentaires croissants et polluer moins.
Mais est-ce vraiment le cas ? N’est-il pas possible de créer un modèle agricole durable d’un point de vue environnemental et économique, et donc aussi d’un point de vue social ?
La réponse à cette dernière question est que, potentiellement, les possibilités d’un nouveau modèle agricole durable à tous points de vue existent, à condition que l’agriculture et l’innovation technologique puissent être intégrées.

Machines agricoles de haute technologie : la base de l’avenir de l’agriculture

Le machinisme agricole, force motrice indispensable de toute exploitation, petite ou grande, est le point de départ de l’avenir de l’agriculture et le point d’arrivée de l’agriculture du futur.
Qu’il s’agisse d’un tracteur à chenilles, d’un tracteur compact optimisé pour une utilisation dans des environnements plus restreints tels qu’une serre, d’une moissonneuse-batteuse, d’une presse à balles rondes ou d’une presse à balles rondes avec enrubannage, cela ne fait aucune différence.
Toutefois, il est essentiel que ces véhicules soient entièrement intégrés aux derniers systèmes hardware et software susceptibles d’améliorer leur efficacité, leur précision et leur productivité.
Ces véhicules seront ainsi plus durables, tant sur le plan économique qu’environnemental, car en plus de garantir de meilleurs rendements, grâce à leur précision et à leur efficacité, ils sont en mesure d’assurer le même volume de travail en moins de temps, ce qui se traduit par une réduction des émissions nocives.
Il ne faut pas non plus ignorer que les normes de sécurité et de confort pour les opérateurs sont beaucoup plus élevées dans la dernière génération de machines agricoles.

Avenir de l’agriculture : des drones aux logiciels de gestion

De nombreuses technologies innovantes sont déjà une réalité dans les grandes entreprises agricoles, mais le défi pour que l’impact positif de l’agriculture soit global est de garantir l’innovation également dans les petites et moyennes entreprises. Les gouvernements nationaux et supranationaux devront certainement se pencher sur cette question afin de ne pas pénaliser les petites exploitations ; n’oublions pas que l’agriculture durable n’est telle que si elle soutient également la croissance sociale.
Cela dit, en ce qui concerne plus spécifiquement les moyens et les technologies, l’agriculture 4. 0 sera de plus en plus axée sur l’utilisation de drones (qui peuvent être utilisés pour diverses tâches, de la surveillance de l’état des sols à la distribution de pesticides naturels), de capteurs agricoles (pour détecter l’humidité du sol et gérer les systèmes d’irrigation), de robots agricoles (qui peuvent être utilisés pour des tâches de « fatigue » ou des tâches de contrôle complexes), de la technologie blockchain (pour le suivi de la chaîne d’approvisionnement) et de logiciels de gestion (pour l’analyse des données et la planification des actions).

Donnez une note à cet article !